Sanda 散打

Historique du sanda

Le Sanda, qui signifie littéralement « Distribuer les coups ».

Officiellement mis en avant en 1979, c’est un style de combat complet où les athlètes peuvent utiliser les poings et les jambes, pour frapper leur adversaire à pleine puissance puisque l’on recherche le KO ; ainsi que la lutte et les projections pour mettre l’adversaire à terre ou le jeter hors de l’air de combat.
Contrairement au MMA où le combat peut continuer au sol, en Sanda, la chute de l’un ou des deux adversaires entraîne la reprise du combat debout.

En Chine, on divise le Sanda en 3 catégories : le Sanda loisir ou sparring permettant de s’entraîner sans se blesser, le Sanda de compétition que je viens de présenter, et le Sanda pratique, qui lui est destiné à être utilisé pour se défendre par les forces de l’ordre, l’armée, les gardes du corps et autres professions du milieu de la sécurité.

Le Sanda pratique est différent du Sanda de compétition car lui cherche à détruire l’adversaire le plus vite possible. Ainsi, on peut y utiliser les frappes du coude et du genou, mais aussi des doigts, les clés d’articulations, et bien sûr les frappes et immobilisations au sol.

Vous l’aurez compris, le Sanda, lui aussi, demande des qualités physiques et athlétiques exceptionnelles, ainsi qu’une excellente mobilité et la maîtrise de ce que l’on appelle les entrées sorties afin de toucher l’adversaire et ressortir immédiatement pour éviter de se faire saisir, projeter et frapper.

SUIVEZ NOUS